Police: des élections syndicales sur fond de clientélisme

Par

125 000 policiers élisent début décembre leurs représentants au sein des instances paritaires. C'est l’une des professions les plus syndiquées. Éclatés depuis la disparition de la Fasp, leurs syndicats gardent un pouvoir important au ministère de l'intérieur, avec des méthodes parfois clientélistes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Avis de tempête. D’ordinaire disciplinés, les syndicats de policiers multiplient les appels à battre le pavé à l’approche des élections professionnelles prévues début décembre : devant le palais de justice de Paris à l'appel du SCSI (premier chez les officiers) pour alerter sur l’état de la police judiciaire le 26 septembre, contre « la pression migratoire » dans le Calaisis à l'appel d'Unité SGP Police FO (majoritaire chez les gardiens et gradés) le 13 octobre, contre « la dégradation des conditions de travail et la perte de pouvoir d'achat » à l'appel d'Alliance police (deuxième chez les gardiens et gradés) le 13 novembre à Paris, etc.