Bernard Kouchner: volte-face, reniement et coup de poignard

Par
Au moment où Rama Yade, secrétaire d'Etat aux droits de l'homme, est en froid avec l'Elysée, Bernard Kouchner sonne l'hallali contre celle qu'il ne supporte pas et dont il parle désormais au passé. Ce secrétariat d'Etat? «Une erreur», dit-il aujourd'hui. Et peu importe si cela vient contredire tous ses discours passés et, au passage, ceux du président de la République.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La grande histoire et la petite manœuvre. Bernard Kouchner, qui n'est pas né de la dernière pluie en matière de coup médiatique, a donc décidé d'occuper le terrain pour régler ses comptes. En ce jour quelque peu solennel de célébration du 60e anniversaire de la déclaration universelle des droits de l'homme, il choisit de tirer à vue sur Rama Yade. Et voilà que le ministre des affaires étrangères considère soudain comme inutile voire pervers le secrétariat aux droits de l'homme qu'il a voulu sous sa tutelle lors de son ralliement à Nicolas Sarkozy et de son entrée au gouvernement.