Dans le laboratoire corrézien du «petit Chirac de gauche»

Par et

S'il est élu l'an prochain, François Hollande, le candidat socialiste, veut s'inspirer de sa gestion du conseil général de Corrèze pour diriger la France. Le département est le plus endetté du pays, il vient d'y imposer un plan d'austérité, approuvé par ses alliés communistes et écologistes. Enquête dans le fief hollandais, empreint de chiraquisme et de radical-socialisme version Henri Queuille.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Tulle, de nos envoyées spéciales