Les Verts, la gauche et la Primaire populaire : des pressions et 150 000 euros sur la table

Pendant des mois, les partis de gauche ont manœuvré pour tenter d’entraver le processus de la Primaire populaire. Le directeur de campagne de Yannick Jadot a même évoqué une somme de 150 000 euros pour les dédommager s’ils acceptaient d’arrêter le processus. Il confirme cette information, mais en nuance la finalité.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Quelques jours après que la Primaire populaire a été à son terme, les langues se délient. Alors que les états-majors du Parti socialiste (PS), d’Europe Écologie-Les Verts (EELV) ou de La France insoumise (LFI) affichaient publiquement leur détachement à l’égard de cette initiative citoyenne, lancée en vain pour désigner un candidat unique à gauche, l’arrivée du petit collectif dans le grand bain de la politique partisane a provoqué de multiples tirs de barrage. 

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal