Référendum sur le climat, promesse mort-née d’Emmanuel Macron

Par

Le projet de loi constitutionnelle sur le climat, qu’Emmanuel Macron proposait de soumettre par voie référendaire, a toutes les chances d’échouer. Une aubaine pour le président de la République qui, comme tous ses prédécesseurs, redoute l’utilisation de ce levier institutionnel.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’Assemblée nationale examine, depuis quelques jours, un projet de loi constitutionnelle qui a toutes les chances de ne jamais aboutir. Un article, un seul, prévoyant d’inscrire dans la Constitution que la France « garantit la préservation de l’environnement et la diversité biologique et lutte contre le dérèglement climatique », comme s’y était engagé Emmanuel Macron, mi-décembre, devant la convention citoyenne pour le climat (CCC). Ce jour-là, le chef de l’État avait dégainé ce va-tout dans l’espoir de cacher ses renoncements sur tous les autres sujets portés par la CCC.