Le maire de Grande-Synthe veut que le camp de migrants survive à l’incendie

Par

Détruit par les flammes, le camp de réfugiés de Grande-Synthe, dans lequel vivaient près de 1 500 personnes, est en sursis. Le maire, Damien Carême, n'entend pas laisser l'État en finir avec l'accueil des migrants, principalement des Kurdes irakiens et des Afghans en transit vers l'Angleterre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un gigantesque incendie a ravagé dans la nuit du 10 au 11 avril le camp de Grande-Synthe (Nord), qui hébergeait environ 1 500 migrants, provoquant la désolation de celles et ceux qui s’étaient démenés pour voir surgir de terre ce lieu, le premier campement aux normes internationales sur le sol français à accueillir des réfugiés. Désolation de voir des familles déjà éprouvées par l’exil subir un nouveau traumatisme ; désolation de voir leurs efforts partis en fumée ; désolation d’entendre leurs opposants politiques se saisir de ce drame, qui n’a pas causé de décès, pour dénoncer leur initiative.