Laurent Berger (CFDT) : « Nous assistons à une crise des solidarités »

Laurent Berger l'a dit sur tous les tons depuis son arrivée à la tête de la CFDT : laissons du temps au gouvernement. Alors que François Hollande entame sa troisième année de quinquennat, le secrétaire général semble pourtant s'impatienter au vu des chiffres désastreux du chômage et plaide pour une société plus solidaire face au Front national. « Le grand reproche sur ces trois dernières années, c’est qu’il n’y a pas eu de grande réforme fiscale. Nous n’avons pas choisi ce qu’il fallait financer et qui allait payer », dit-il à Mediapart.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Alors que le Parlement s'engage à la fin du mois dans l'examen de la loi sur le dialogue social, la CFDT semble de plus en plus isolée dans la sphère syndicale, critiquée pour sa volonté d'accompagner les réformes menées par le gouvernement. Pour autant, la formation enregistre de bons scores auprès des salariés, et pourrait même doubler la CGT lors des prochaines élections sur la représentativité. Son secrétaire général Laurent Berger, à rebours des différents représentants des salariés, refuse toujours de parler d'austérité en France et soutient l'application rapide des mesures qu'il a contribué à créer. Il concède cependant un échec des socialistes sur le chômage.