Elections législatives: Macron lance sa «recomposition»

Le mouvement d’Emmanuel Macron a présenté jeudi 428 de ses candidats aux législatives. La moitié est issue de la société civile. De grands élus LR « Macron-compatibles » n’ont pas d’adversaire. Manuel Valls est ménagé. François Bayrou n’est pas satisfait du sort du Modem.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Nos candidats signent le retour définitif des citoyens au cœur de notre vie politique. » Richard Ferrand, le secrétaire général d’En Marche!, a présenté jeudi 428 candidats du mouvement d’Emmanuel Macron aux législatives des 11 et 18 juin. Ils concourront sous la bannière « La République en marche » (LREM), nouveau nom du parti du président élu le 7 mai. Héraut du « renouvellement » en politique, promettant l’arrivée aux responsabilités d’une « nouvelle génération », Emmanuel Macron avait promis que son parti ne serait pas une « recyclerie ». Premiers enseignements d’une liste qui reste incomplète, en attendant la formation du gouvernement en début de semaine prochaine et le dépôt définitif des candidatures, prévu le 19 mai.