Procès des suicides à France Télécom: une direction sourde et sans remords

La première semaine du procès historique des suicides à France Télécom a été dense et intense. L’ancien PDG Didier Lombard s’obstine dans le déni et la morgue. Plusieurs témoins ont cependant révélé la fabrique institutionnelle de la violence au sommet du groupe, et les alertes envoyées.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

«Vous connaissez la série des Envahisseurs, quand des aliens envahissent la terre et bouffent les êtres humains ? Eh bien, c’est ce qui s’est passé dans notre entreprise. On était dirigés par des aliens. C’est la blague qui circulait à l’époque chez les salariés et les syndicalistes. » Patrick Ackermann n’avait pas prévu cette anecdote mais « elle est venue d’un coup ». Il a alors fait pivoter son grand corps mince sur sa droite et lancé en direction des sept prévenus : « Vous êtes des aliens, voilà ce que vous êtes, messieurs ! »

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal