mot de passe oublié
onze euros par mois

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Souscrivez à notre offre d'abonnement : 11€/mois et découvrez notre application mobile disponible sur Android et iOS.

Je m'abonne
Mediapart mar. 31 mai 2016 31/5/2016 Édition de la mi-journée

La gauche, l’extrême droite et la xénophobie

11 novembre 2013 | Par Edwy Plenel

L’extrême droite, cette déraison de la politique dans la passion xénophobe et autoritaire, n’est jamais une fatalité. Son ascension est le produit des renoncements démocratiques et sociaux de la droite et de la gauche : quand la première s’extrémise et la seconde se droitise. Retour sur une polémique récente à propos de Manuel Valls.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Invité la semaine passée de l’émission de Serge Moati “PolitiqueS”, sur LCP, j’ai répété, juste après une interview de nos amis Alexandre et Délia Romanès du cirque tsigane du même nom, ce que je ne cesse de défendre depuis trente ans, depuis qu’à partir de 1983, le Front national est passé de groupuscule idéologique à hypothèque électorale. À savoir qu’on ne lutte pas contre les passions xénophobes et sécuritaires qu’agite l’extrême droite en épousant le même agenda qu’elle, mais, tout au contraire, en leur opposant un imaginaire supérieur et mobilisateur, créant une dynamique électorale et un rapport de forces politiques autour d’idéaux renouvelés, ceux-là mêmes qu’énonce mais n’accomplit pas notre République : de liberté véritable, d’égalité nouvelle, de fraternité retrouvée. J’ai donc dit que, si l’adversaire était bien l’extrême droite, le danger était ceux qui, à droite comme à gauche, lui cèdent du terrain.