Affaire Guérini: comment un contrôle fiscal a conduit à un système «mafieux»

Par

Le Sénat a décidé, mardi 12 novembre, la levée de l'immunité parlementaire du sénateur (PS) Jean-Noël Guérini, président du conseil général des Bouches-du-Rhône. Retour sur l'enquête marseillaise qui a commencé par un simple contrôle fiscal et a mis au jour, selon la justice, une organisation au « caractère “mafieux” ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le bureau du Sénat a décidé, ce mercredi 12 décembre, de lever l'immunité parlementaire du sénateur (PS) Jean-Noël Guérini, président du conseil général des Bouches-du-Rhône. Le parlementaire a été mis en examen en septembre 2011 pour prise illégale d'intérêts, complicité d'obstacle à la manifestation de la vérité, trafic d'influence et association de malfaiteurs en vue de trafic d'influence, dans l'un des dossiers suivis par le juge marseillais Duchaine. Cette première information judiciaire, ouverte en avril 2009 sur la base d'une lettre anonyme, a dévoilé l'omniprésence d'Alexandre Guérini, frère du patron du département et entrepreneur spécialisé dans les déchets, au sein des collectivités locales tenues par le PS.