La mobilisation lycéenne ne faiblit pas

Par
Quatre cent cinquante établissements étaient perturbés mardi par des lycéens dénonçant notamment les réformes du baccalauréat et de l'accès à l'université, un mouvement qui ne donne aucun signe de fléchissement après plus d'une semaine de mobilisation.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

PARIS (Reuters) - Quatre cent cinquante établissements étaient perturbés mardi par des lycéens dénonçant notamment les réformes du baccalauréat et de l'accès à l'université, un mouvement qui ne donne aucun signe de fléchissement après plus d'une semaine de mobilisation.