Ubu aux commandes de France Télévisions Publicité

Par
La justice vient de rejeter le recours de France Télévisions Publicité pour faire annuler la désignation d'un délégué syndical de la CGT. Dans l'actualité sociale du pays, ce n'est qu'une péripétie mais elle retient l'attention car la vie de la filiale du groupe public est émaillée de crises incessantes et est devenue ubuesque.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C'est un nouveau et grave revers pour le patron de la régie publicitaire de France Télévisions, Philippe Santini : par un jugement en date du 5 janvier, le tribunal d'instance de Boulogne-Billancourt a débouté sa société du recours qu'elle avait engagé pour faire annuler la désignation d'un délégué syndical de la CGT. Si l'affaire retient l'attention, c'est que la société n'en finit pas de traverser des turbulences, et que cette confrontation judiciaire entre la présidence de cette société et le syndicat n'est qu'un nouveau rebondissement dans la vie ubuesque de cette filiale du groupe public.