De l'intérêt des «grandes valeurs»

Par

Plus de cinq ans après la révélation de l’affaire Bettencourt, les juges du tribunal correctionnel de Bordeaux affirment que « les articles [de Mediapart] ont participé aux débats d’intérêt général et sociétal ». Une victoire au nom du droit fondamental des citoyens à être informés, selon le jugement.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Comme le chemin fut long. Plus de cinq ans après la révélation à l’été 2010 de l’affaire Bettencourt, ce qui avait suscité quelques outrances du camp sarkozyste dénonçant alors nos supposées « méthodes fascistes », plus de deux ans après une censure inédite décidée par la justice civile dans ce même dossier, le tribunal correctionnel de Bordeaux a rendu, mardi 12 janvier, une décision qui pourrait faire date pour la liberté d’informer en France.