Violences contre migrants: la préfecture de police de Paris reste sourde aux accusations

Après Bruno Le Roux, Bernard Cazeneuve refuse de répondre sur le fond aux questions concernant des faits de harcèlement policier constatés par plusieurs collectifs et ONG à l’encontre de migrants à Paris. La mairie vient de demander des explications à la préfecture de police. 

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Après le collectif P’tits Dej’ à Flandre et Médecins sans frontières, c’est au tour de Médecins du monde de dénoncer, ce jeudi 12 janvier, des exactions de la part de policiers à l’encontre de migrants contraints de dormir à la rue à Paris en raison de la saturation du centre de premier accueil (CPA) de la ville.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal