«Les gentils, les méchants»: Marguerite Chauvin parle de son clip pas si innocent

Par

Derrière le clip inoffensif de Les gentils, les méchants version « gilet jaune », se profile l’ombre de la Manif pour tous. Rencontre avec Marguerite Chauvin.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il y a « ceux qui prennent le taxi », et il y a « ceux qui payent le carburant ». Il y a « ceux qui blablatent sur LCI » et « ceux qui crient leur colère aux Champs ». Il y a « les gentils » et puis « les méchants ». En 1973, les « gentils » selon Michel Fugain, c’étaient les culs-bénits, ceux qui font des économies, qui font l’amour le samedi, les « travail-famille-patrie ». En 2018, les gentils sont « les soixante-huitards accomplis qui ont peur des pavés maintenant », « qui veulent l’Europe à tout prix ». Les méchants ? « Ils veulent nourrir leurs enfants. »