12 décembre: 34 manifestants portent plainte contre leur garde à vue «arbitraire» 

Par

À l’issue de la manifestation parisienne « contre les lois liberticides », 124 personnes avaient été placées en garde à vue. Un quart d’entre elles ont déposé plainte pour « atteinte arbitraire à la liberté individuelle » et « entrave à la liberté de manifester ». Elles affirment avoir été arrêtées sans motif. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un mois après la manifestation « contre les lois liberticides » qui s’est tenue tant bien que mal à Paris, le 12 décembre, l’incompréhension et la colère suscitées par le déroulement des opérations de maintien de l’ordre ne retombent pas. Ce jour-là, 3 000 policiers et gendarmes encadraient 5 000 participants, soumis à des fouilles préalables et confrontés à de nombreuses charges dans le cortège, comme l’a montré Mediapart dans une enquête vidéoAu total, 124 personnes ont été placées en garde à vue.