Conflits sociaux : «Valls se trompe d’adversaire»

Par

Des salariés de Goodyear, PSA, ArcelorMittal ou Sanofi ont prévu de se rassembler ce mardi à Rueil-Malmaison, devant le siège de Goodyear, où un CE examine le projet de fermeture d’Amiens-Nord. Les propos de Valls, sur la possible « radicalisation » des conflits sociaux, sont dans toutes les têtes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Valls se trompe d’adversaire. Les casseurs, les voyous, ce sont les patrons qui ruinent nos départements, nos régions, pas nous qui nous battons pour sauver nos emplois, nos enfants. » Jean Mangin, syndicaliste CGT Arcelor-Mittal, a éructé de colère la semaine dernière devant son poste de télévision lorsqu’il a entendu l’avertissement lancé par Manuel Valls « aux ouvriers et aux ouvrières de France ». Repris en boucle sur toutes les ondes et les chaînes d’information, le ministre de l’intérieur s’est inquiété « des risques d’implosion ou d’explosion sociale » dans le pays et de « la radicalisation » de certains leaders syndicaux.