Devant les «Sages», le procès des tests osseux pratiqués comme «détecteurs de mensonges» sur des mineurs étrangers

Par

Le Conseil constitutionnel s’est penché, mardi 12 mars, sur les « tests osseux » utilisés par la justice pour évaluer l’âge d'étrangers qui se déclarent mineurs en France. Les associations dénoncent des examens « anachroniques » portant atteinte aux principes de dignité humaine et de protection de l’enfant.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Devant les « Sages », le représentant du gouvernement doit bien avouer son ignorance. « Non », il ne sait pas combien de « tests osseux » sont pratiqués chaque année pour vérifier l’âge de jeunes étrangers qui déclarent moins de 18 ans et demandent la protection de la France.