Olivier Besancenot: «Est-il possible d’oublier les élections 30 secondes?»

Par

Le porte-parole du NPA propose de créer des « coordinations permanentes » qui permettraient à la gauche sociale et politique de retrouver le chemin d’un dialogue durable. Selon lui, après les élections européennes du 26 mai, aucune organisation ne peut prétendre à l’hégémonie politique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Olivier Besancenot, le rassembleur ? Il y a quelques années, l’idée selon laquelle le Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) mettrait de l’huile dans les rouages de la gauche française aurait pu prêter à sourire. Mais depuis un an, Olivier Besancenot tente, tant bien que mal, de faire se parler les gauches politiques et sociales. Sa volonté unitaire s’était matérialisée, au printemps 2018, pendant le mouvement des cheminots contre la privatisation de la SNCF, lors duquel l’organisation anticapitaliste avait organisé plusieurs réunions unitaires à La Brèche, la librairie du NPA (nous vous en parlions ici).