Les malversations d'un ambassadeur du sport français à Rio

Par

Ancien président de l'UNSS et de la Fédération internationale du sport scolaire, Jean-Louis Boujon a été poussé vers la sortie en 2010 après avoir détourné des subventions à son profit. Lourdement condamné en appel il y a un an, il représente pourtant le sport français aux Jeux olympiques de Rio et participe à la campagne pour la candidature de Paris 2024.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Voilà une drôle d'« affaire privée » qui éclabousse la candidature de Paris à l'organisation des Jeux olympiques en 2024. L'un de ses promoteurs, Jean-Louis Boujon, actuel vice-président de la Fédération française de rugby (FFR), a été lourdement condamné en 2015 par la cour d'appel de Paris pour des faits de malversations alors qu'il dirigeait l'Union nationale du sport scolaire (UNSS).

L'information, évoquée par le journal sportif Midi olympique début mai, est passée jusqu'ici quasi inaperçue ; Jean-Louis Boujon soutenant qu'il s'agissait là d'une simple « affaire relevant de la sphère privée », « jugée et classée », qui ne regarde donc pas les citoyens. Pourtant, alors que l'ancien patron du sport scolaire parade à Rio, où il représente notamment la délégation de rugby à VII, des documents consultés par Mediapart montrent comment il a détourné plusieurs subventions à son profit et favorisé une entreprise dans l'attribution d'un marché public de plus de 3 millions d'euros.

Fédérations et pouvoirs publics tardent à réagir. La FFR, le comité d'organisation Paris 2024 (son président, Bernard Lapasset, a accessoirement présidé la FFR de 1991 à 2008), la mairie de Paris (le conseiller sport d'Anne Hidalgo est l'ancien rugbyman professionnel Pierre Rabadan) et le ministère de Patrick Kanner bottent tous en touche quand il s'agit d'évoquer le passif de cet ambassadeur du sport français, qui animait encore en juin une réunion de campagne pour que la France accueille les JO en 2024. Les éternelles « valeurs de l'olympisme » en prennent une nouvelle fois un sacré coup.

Jean-Louis Boujon © Comité Île-de-France de rugby Jean-Louis Boujon © Comité Île-de-France de rugby

Président de l'UNSS de 1995 à 2010, Jean-Louis Boujon a longtemps fait la pluie et le beau temps sur le sport scolaire. Mais en mai 2011, après qu'il a été poussé en interne vers la sortie de l'association, deux enquêteurs de l'IGAENR (Inspection générale de l'administration de l'éducation nationale et de la recherche) découvrent de possibles détournements de fonds à l'occasion de la rédaction d'un rapport à l'intitulé équivoque : « Manière de servir de l'ancien directeur de l'Union nationale du sport scolaire ». Le document, transmis dans la foulée au parquet de Paris, établit en effet comment, quelques mois avant de céder sa place à la tête de l'UNSS, Boujon a grossièrement siphonné les caisses de la fédération pour arrondir ses fins de mois et régaler son entourage.

Ni vues ni connues, deux subventions destinées au sport scolaire se sont ainsi volatilisées dans les poches du président de la fédération en juillet 2009. Les versements (15 000 euros et 4 330 euros) étaient initialement destinés à l'UNSS au titre de sa participation à l'International School Federation (ISF) – fédération que Boujon présidait également – mais ont transité par un compte « Boujon-ISF », ouvert quelques mois plus tôt pour son usage personnel.

Dans le même temps, cet enseignant agrégé d'éducation sportive s'est subitement reconverti en concessionnaire automobile pour racheter à prix d'ami la Citroën C5 qui lui servait de véhicule de fonction. L'UNSS avait déboursé 30 000 euros un an plus tôt pour acquérir le véhicule, mais Boujon le récupère miraculeusement pour 10 000 euros tandis que sa cotation Argus est à l'époque de 18 325 euros. Trop gros, le cadeau est habilement justifié par une « estimation de reprise » calculée par un garagiste professionnel. Sauf que, révéleront les enquêteurs, le document a été maquillé pour tirer la valeur du véhicule vers le bas. Du travail de pro !

Le président de l'UNSS n'a pas non plus oublié de profiter de sa position pour faire voyager ses proches. En octobre 2009, parmi les 92 passagers d'un séjour à Doha financé par l'UNSS dans le cadre des « Gymnasiades » (Jeux olympiques du sport scolaire), figure curieusement le nom de M. D., qui ne participe pas aux épreuves mais se trouve être la fille de la compagne de Jean-Louis Boujon. Scolarisée en classe de première internationale, cette dernière servait d’interprète en langue anglaise pour les athlètes, osera prétendre le patron de l'UNSS devant les enquêteurs, sans présenter le moindre justificatif de cette mission en or.

En creusant la très originale « manière de servir » de l'ancien président de l'UNSS, les enquêteurs sont aussi tombés sur un modèle de marché public bidonné. La Cour des comptes s'était aussi interrogée sur ce contrat signé en 2007 entre l'UNSS et la société d'informatique Sirtem, une PME de Reims, dont le chiffre d'affaires dépendait en grande partie des contrats avec la fédération. Celle-ci lui a délégué la gestion de son site internet, l'envoi des licences ainsi que le renouvellement du parc informatique pour la modique somme de 3 612 328 euros sur cinq ans. Des « prestations anormalement élevées », selon les enquêteurs, pour un contrat passé directement entre Jean-Louis Boujon et la Sirtem sans mettre en concurrence la PME rémoise avec d'autres entreprises, ni même informer le conseil d'administration et l'assemblée générale de l'UNSS de la signature du contrat.

Reconnu coupable des faits d'abus de confiance et d'atteinte à la liberté d'accès à l'égalité des candidats, Jean-Louis Boujon a été condamné en première instance à 15 mois d'emprisonnement avec sursis, à une amende de 30 000 euros et à verser 32 874,56 euros de dommages et intérêts à l'UNSS. Une peine confirmée en appel le 11 mai 2015.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale

Prenant en compte les difficultés d'agenda liées aux Jeux olympiques de Rio et aux vacances politiques, Mediapart a laissé plusieurs jours aux différents acteurs du dossier pour répondre aux questions qui leur ont été adressées par mail, mardi. Un délai supplémentaire a d'ailleurs été accordé à Denis Masseglia, président du Comité national olympique et sportif français (CNOSF). Jean-Louis Boujon et la mairie de Paris, qui ont pourtant accusé réception de nos questions, n'y ont pas donné suite.