Après #MeToo et avant les municipales, les partis sont tentés par le statu quo

Par

Les partis politiques refusent souvent de sanctionner des élus accusés de violences à l’égard des femmes. Avec #MeToo, l’embarras grandit dans les états-majors. Mediapart a enquêté dans plusieurs villes de France, notamment à Laval, Lorient, Saint-Nazaire ou Villepreux.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Je vous écris pour témoigner des faits dont j’ai été victime. » Le 4 novembre 2019, Audrey* adresse une lettre à Jean-Christophe Lagarde, le président de l’Union des démocrates et des indépendants (UDI). Elle raconte, sur quatre pages, le comportement qu'elle juge « déplacé et indigne » à son encontre du maire centriste de Laval (Mayenne), François Zocchetto, candidat à sa réélection en mars prochain.