Les Etats-Unis prennent «Charlie Hebdo» avec des pincettes

Par

Les médias américains ont intensément suivi les attentats de Paris. Tout en refusant généralement de publier les dessins de Charlie Hebdo, jugeant qu’ils sont choquants. Cette décision divise et suscite un large débat: où l’on parle de liberté d’expression, de racisme et du sort réservé aux minorités, mais aussi de l’état de la presse et de l’obsession du politiquement correct.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

New York, de notre correspondante.- Les déclarations de soutien et de solidarité avec la France ont été multiples après les attentats de Paris. Il y a eu l’intervention en français de John Kerry et le passage de Barack Obama à l’ambassade de France à Washington, signant le cahier de condoléances dédié aux victimes. Des « I am Charlie », ici et là. L’Empire State Building s’illuminant aux couleurs du drapeau français à New York. Il y a eu les excuses, lundi, du porte-parole de la Maison Blanche estimant que ça avait été une erreur de ne pas envoyer un représentant américain de plus haut rang que l’ambassadrice américaine à Paris, afin de marcher aux côtés de François Hollande.