Sarkozy-Kadhafi: les derniers mots de Djouhri avant d’entrer en prison

Par et

La chambre de l’instruction a décidé, mercredi 12 février, du maintien en détention d’Alexandre Djouhri. Devant la juge des libertés et de la détention, l’intermédiaire proche de Sarkozy a dénoncé un complot politique et a prétendu avoir rencontré Emmanuel Macron à deux reprises à Dubaï et Abou Dhabi. L’Élysée dément.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Il ne manque plus que la guillotine », s’est plaint Alexandre Djouhri par écrit, le 31 janvier, sous l’œil de la juge des libertés et de la détention. « Je suis absolument convaincu qu’une mission a été donnée sur ordre politique pour essayer d’abattre Nicolas Sarkozy, parce que tous les chemins mènent à Nicolas Sarkozy et pas à Rome là, a-t-il déclaré le même jour à la juge d’instruction Aude Buresi. Il est la cible pour ceux qui sont les fomenteurs du traquenard. »