Devant la cour d’assises, Georges Tron se pose en victime

Par

Le maire (LR) de Draveil et ancien secrétaire d’État a été interrogé ce vendredi toute la journée, et a nié en bloc les accusations de viols et d’agressions sexuelles portées contre lui.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Je ne dis pas que je veux donner l’image d’un homme parfait, je ne le suis pas. J’ai pris conscience de certaines fragilités et faiblesses qui ont été exposées ici. » Interrogé à la barre de la cour d’assises d’appel de Paris, au quinzième jour d’audience, ce vendredi 12 février, Georges Tron entame sa déposition spontanée dans le registre de l’émotion, sur un ton qui se veut humble et solennel à la fois. « Il est douloureux de voir sa vie sexuelle et sentimentale disséquée, expose-t-il. Je n’ai pas de réponse à toutes les questions que vous allez me poser. »