Retraites des sénateurs: «Intolérable» et «irresponsable» selon les syndicats

Par et
Nos révélations sur les suppléments de retraite cachés de certains sénateurs, leur assurant des pensions parfois supérieures à 10.000 euros par mois, choquent la CGT, SUD et la CFDT.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Les syndicats s'offusquent. La CGT, SUD et la CFDT ont tous confié à Mediapart leur indignation après la publication denotre article du 8 septembre sur les compléments de retraites cachés de dizaines de sénateurs. Dans cet article, nous révélions que le Palais du Luxembourg a toujours dissimulé le fait que les sénateurs qui occupent une fonction de dignitaire (président de groupe, de commission, questeur, secrétaire, etc.) touchent non seulement un complément de rémunération pendant leur carrière, mais également un supplément de pension une fois à la retraite.

Ce bonus fait que plusieurs anciens sénateurs touchent plus de 10.000 euros de pension par mois. A l'exemple de Michel Charasse: 13.200 euros brut.

Eric Aubin, en charge du dossier retraites à la CGT, juge cette absence de transparence «intolérable». «On ne peut pas s'octroyer de tels niveaux de retraite dans le secret le plus total. Il faut faire toute la transparence sur les retraites des parlementaires.» Selon lui, «on vit une période d'austérité où les gens souffrent, certains ne parviennent pas à vivre avec leur retraite. Et pendant ce temps-là, d'autres ne connaissent pas la baisse de leur pouvoir d'achat. C'est une injustice flagrante et inacceptable.

«Tout est abusif, ajoute le syndicaliste, les sommes, le niveau de cotisation. C'est complètement invraisemblable. Chez les salariés qui lisent ces informations, cela ne peut que faire monter le sentiment d'injustice: les gens qui nous font la morale, qui nous disent de nous serrer la ceinture, se gavent! Et en plus, ils se sont octroyé ces privilèges au moment où on baissait le niveau de pension. C'est inimaginable. On ressent beaucoup de colère.»

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale
Egalement contacté, le syndicat FO n'a pas donné suite à nos appels.