La pauvreté à l’école s’enracine

Par

Le plan national de lutte contre la pauvreté doit être présenté ce jeudi 13 septembre. Un volet est consacré à la pauvreté des enfants. Les professionnels de l'éducation alertent sur les difficultés des familles depuis des années, sans succès.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il y a parfois quelque chose d’absurde à reprocher à un élève de ne pas avoir de cahier pour prendre des notes alors qu’il vit dans la rue ou dans un hôtel miteux. Ou de lui demander s’il a bien fait l’exercice numéro 4 page 208 alors qu’il peine à se nourrir. Sylvie, enseignante en histoire-géographie dans un collège REP +, le grade maximal de l’éducation prioritaire, à Montreuil en Seine-Saint-Denis, a l’habitude de ces scènes, mais continue coûte que coûte à faire son travail.

La première fois, elle n’a pas compris ce qu’il se passait lorsqu’un élève de sixième s’est plaint d’avoir mal au ventre vers 11 heures. « Je l’ai emmené chez le CPE, car nous n’avions pas d’infirmière scolaire. Il a expliqué ne pas avoir mangé le matin. Il avait faim. Comment dans ces cas-là peut-il se concentrer en classe ? » dit-elle.