A Romainville, en Seine-Saint-Denis: forêt sauvage contre «île de loisirs»

Par

La forêt de la Corniche des Forts, qui a poussé sur d’anciennes carrières de gypse – qui sert à fabriquer du plâtre –, a été préservée de la main de l’homme depuis plus de 50 ans. Un projet de base de loisirs, dont les travaux ont commencé le 8 octobre dernier, va en rogner une partie. La nature domestiquée aurait-elle plus de valeur que la nature sauvage ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Jeudi 11 octobre, en fin d’après-midi, à Romainville (Seine-Saint-Denis), trois dames, cinquantenaires, promènent leur chien du côté de la Sapinière, un parc situé le long de l’avenue du Colonel Fabien, entre pavillons et tours d’immeubles. Elles s’approchent de quatre hauts panneaux, posés là il y a quelques jours, pour en prendre connaissance. « Qu’est-ce qu’ils vont nous faire ? Ils vont encore faire un truc qui nous amène des toxicos », dit la première. « Ils disent qu’il y aura des animaux mais là, ils vont en faire fuir, des animaux », renchérit une autre, après avoir lu l’une des affiches. La troisième regarde au-delà des pancartes et se souvient : « Quand j’étais petite, on rentrait dans le bois et on faisait des cabanes. »