Réquisitions au procès « Bismuth » : des mots fermes, des peines avec sursis

Des peines de trois ans de prison avec sursis ont été requises contre Nicolas Sarkozy, Thierry Herzog et Gilbert Azibert, mardi lors du procès en appel de l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth ». Une « affaire d’une gravité exceptionnelle », selon l’avocat général.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Les voies de la justice sont parfois impénétrables. Au terme d’un long et sévère réquisitoire à deux voix, mardi 13 décembre à la cour d’appel de Paris, le second représentant du parquet général a conclu en réclamant des peines assez douces contre Nicolas Sarkozy, Thierry Herzog et Gilbert Azibert, rejugés pour corruption et trafic d’influence dans l’affaire dite « Paul Bismuth » : à savoir trois ans de prison avec sursis chacun, assortis de cinq ans d’interdiction d’exercer contre Me Herzog, et cinq ans de privation des droits civiques pour l’ex-président Sarkozy et l’ancien haut magistrat Azibert.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal