A Villeurbanne, la guerre de Gaza est entrée dans le salon

Par
Laïd et les siens habitent dans un quartier populaire de Villeurbanne, à côté de Lyon. C'est une famille modeste, d'origine algérienne, peu religieuse et pour qui la question palestinienne est loin d'être une cause de tous les jours. Mais depuis le début de l'offensive israélienne, la famille est devenue très engagée dans le conflit. Elle donne de l'argent pour la Palestine, boycotte les produits israéliens et ne rate pas une image de la guerre, scotchée aux écrans d'Al-Jazeera (photo). Reportage.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La télé est là, massive, au bout de la table de la salle à manger. Sur l'écran, la mort. La guerre. Des cadavres d'enfants enveloppés dans des linceuls tachés de rouge. Des corps brûlés sur des lits d'hôpital. Des hommes et des femmes qui courent, hagards, dans des rues sans pavé, décrivant des courses chaotiques. Les images de Gaza tournent en boucle. Laïd et sa femme, Zohra, leur fille, Nina, et sa tante, Aïcha, ont le cœur scotché à l'écran, zappant entre deux chaînes, Al-Jazeera et Canal Algérie.