Assistants au parlement: ce qui est reproché au Front national

Par et

Le Front national a-t-il utilisé les fonds européens pour rémunérer ses cadres? La question est au cœur de l'enquête de l'office anti-fraude européen. S'il ne serait pas le seul parti concerné, plusieurs éléments démontrent la spécificité du cas du FN à Strasbourg. Marine Le Pen, elle, dénonce une « opération politique » à une semaine des élections. Décryptage de l'affaire et des questions qu'elle pose.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À quelques jours des élections départementales, c’est une affaire dont le Front national, déjà visé par une enquête judiciaire sur ses financements de campagne, se serait bien passé. Le président du parlement européen a saisi l’Office européen anti-fraude, l’OLAF, et prévenu la ministre de la justice française d'« une possible utilisation frauduleuse de fonds européens », et de soupçons d'emplois fictifs. Au cœur de l’affaire : les salaires versés à une vingtaine d’assistants d’eurodéputés FN. Les éléments ont été transmis au parquet général français.