Pont de Sully: l’usage de gaz lacrymogène a été tel que le commandant des CRS a perdu connaissance

Par

Un compte-rendu rédigé par la police sur l’évacuation des écologistes pacifiques du pont de Sully, le 28 juin, à Paris, indique que le commandant des CRS chargé des opérations a lui-même perdu « connaissance par suffocation de gaz lacrymogène ». Plus de cinq litres de gaz avaient été aspergés en moins de 30 minutes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 28 juin, sur le pont de Sully, dans le Ve arrondissement de Paris, des militants écologistes assis pacifiquement ont été aspergés de gaz lacrymogène à quelques centimètres du visage. Les images ont rapidement fait le tour des médias et ont déclenché l’ouverture d’une enquête préliminaire confiée à l’IGPN par le parquet de Paris pour « violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique »