Au tribunal, Alexandre Benalla s’accroche à son « pistolet à eau »

Par

Au premier jour de son procès, l’ancien collaborateur d’Emmanuel Macron maintient que c’est une arme factice qu’il a braquée sur une serveuse dans l’affaire du selfie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’audience avait pourtant bien commencé pour Alexandre Benalla. Silhouette massive, costume noir et cravate sombre, l’ancien collaborateur d’Emmanuel Macron se montre très à l’aise à la barre du tribunal correctionnel, ce lundi 13 septembre, au premier jour de son procès. Jambes bien écartées, mains derrière le dos à la manière d’un militaire au repos, le jeune homme s’exprime avec facilité, se montre d’une politesse exquise avec la présidente Isabelle Prévost-Desprez, et semble avoir réponse à tout.