Lycéens, squats: Montreuil sur une poudrière

Par et

Après l'hospitalisation du lycéen blessé au visage par un tir de flashball, «consigne a été donnée (...) de ne plus utiliser» cette arme, a déclaré, vendredi 15 octobre, le préfet des Hauts-de-Seine.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La haute hiérarchie policière bouge, après l'hospitalisation du lycéen de 16 ans blessé au visage par un tir de flashball. «Consigne a été donnée par le préfet de police de Paris, dans la foulée de l'incident de Montreuil, de ne plus utiliser le flashball», a déclaré vendredi 15 octobre le préfet des Hauts-de-Seine, Patrick Strzoda, lors d'une rencontre avec la presse, selon l'AFP. Outre la capitale, l'instruction, qui aurait été donnée jeudi à 11 heures, s'étend aux trois départements de la petite couronne sur lesquels le préfet de police de Paris, Michel Gaudin, a autorité, la Seine-Saint-Denis, les Hauts-de-Seine et le Val-de-Marne.