L’illusion de la «réussite économique» du gouvernement

Par

La majorité craindrait actuellement un « syndrome Jospin », c’est-à-dire que le succès économique de l’exécutif serait méconnu par les électeurs. Mais il n’y a pourtant que peu de raisons de se réjouir et de crier victoire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce serait la grande peur de l’actuel exécutif : le « syndrome Jospin ». Ce terme a été utilisé par plusieurs membres de la majorité pour décrire une déroute électorale vécue malgré un « excellent bilan macroéconomique » pour reprendre les termes du député LREM Sacha Houlié. Comme l’ancien premier ministre socialiste, l’actuel président de la République pourrait donc subir un échec électoral vingt ans plus tard en dépit d’un succès économique. Cette comparaison est intéressante en ce qu’elle traduit un double aveuglement du gouvernement. D’abord, celui de détenir une forme de « vérité » économique que les populations ne seraient capables ni de voir ni d’apprécier. Ensuite, celui d’une surévaluation, au regard même de leurs propres critères, de leurs résultats.