L'Elysée invente le «micro-management» des services de renseignement

Par et

Le Conseil national du renseignement, réuni mercredi 13 janvier à l’Élysée, appelle à « approfondir » la coopération, souvent défaillante, entre les services français. C’est Bernard Cazeneuve qui pilote.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bernard Cazeneuve s’en est pris à ceux qui critiquent « sans la moindre analyse » les « failles » des services de renseignement. C’était mardi 12 janvier et le ministre de l’intérieur inaugurait un immeuble de bureaux près de la place de la Nation, où sont désormais regroupées onze directions de la police. Ses propos faisaient écho à ceux qu’il avait tenus au lendemain des attentats du 13-Novembre, assurant qu’il n’y avait pas eu de failles, martelant « nous procédons à des investigations, nous arrêtons ceux qui reviennent de Syrie, nous procédons à la neutralisation de ceux qui veulent commettre des attentats ».