A Orange, Jacques Bompard couvre les violences sexuelles et sexistes

Par

Le maire d’extrême droite d’Orange refuse de sanctionner le directeur général des services de la ville, condamné pour des violences conjugales. Ce dernier est aussi accusé par plusieurs agents de comportements violents. Notamment à l’égard des femmes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Je n’y arrive plus », « l’ambiance est horrible », « insoutenable ». « J’ai envie de vomir quand j’arrive au travail. » Depuis des semaines, les agents de la ville d’Orange (Vaucluse) et de la Communauté de communes du pays réuni d'Orange (CCPRO) avec qui nous avons échangé sont à bout. Il y a quelques jours, une responsable des ressources humaines – mise en difficulté depuis des mois dans son travail – a fait un malaise et a été évacuée par les pompiers.