Les réseaux radicaux de Robert Ménard

Par

Le maire de Béziers s'affiche au-dessus des partis et refuse l'étiquette d'extrême droite. Pourtant son réseau est clairement ancré à la droite extrême : identitaires placés dans son cabinet ou venus travailler avec la ville, invités ultra-réactionnaires pour « libérer la parole » à Béziers, tournée de conférences à l'extrême droite.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Je me contrefous des liens ! » Quand on l’interroge sur les CV politiques de ses entourages, Robert Ménard s’énerve et accuse de « ramener de nouveau au fantasme de l’extrême droite ». Le maire de Béziers (Hérault) se présente comme le maire « de tous les Biterrois », au-delà des partis, et a toujours assuré qu'il « n'(était) pas d'extrême droite » et ne « vot(ait) pas pour le Front national ».