Club Med: conciliabules secrets entre Alain Minc et Bernard Tapie

Par
L'histoire du Club Méditerranée commence à livrer quelques-uns de ses mystères. On pensait qu'elle se résumait à un possible projet d'acquisition par Bernard Tapie. Il s'avère que de nombreux acteurs pèsent dans les coulisses: Alain Minc, notamment, qui est depuis de longues années le conseil rémunéré du PDG de l'entreprise, Henri Giscard d'Estaing; ou encore Claude Guéant, le secrétaire général de l'Elysée qui jouerait en faveur de Bernard Tapie. Du coup, l'annonce par la Caisse des dépôts de son retour prochain au capital du Club Med surprend: pourquoi de l'argent public est-il une nouvelle fois apporté dans une bataille privée, où sont mêlés des proches du chef de l'Etat? Parti pris.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C'est la dernière surprise en date de cette histoire du Club Méditerranée, qui présente de nombreuses zones d'ombre : elle ne met pas seulement face à face Henri Giscard d'Estaing, le patron du groupe de loisirs, et Bernard Tapie. Dans les coulisses, il y a aussi la Caisses des dépôts et consignations (CDC), dont le rôle suscite la perplexité. Et puis surtout il y a Alain Minc, qui participe – et ne s'en cache même pas – aux grandes manœuvres. L'histoire n'a pas encore livré tous ses secrets mais en dit long sur les mœurs du capitalisme parisien.