La médiatisation des voyages présidentiels coûte de plus en plus cher

Par
La Cour des comptes a rendu public, jeudi 15 juillet, son rapport sur le budget 2009 de l'Elysée. Elle souligne les «progrès sensibles» de la présidence, en matière de maîtrise des dépenses. Au fil des pages, se dégage toutefois le portrait d'un chef d'Etat obsédé par son image.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Cette année, l'Elysée s'est fait un plaisir de réagir au rapport de la Cour des comptes sur le budget de la Présidence, soulagée. A peine les journalistes avaient-ils récupéré leur exemplaire, jeudi 15 juillet, que le directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy en recevait une brassée, pour se réjouir du «satisfecit» accordé à ses services par la juridiction de la rue Cambon. L'an passé, à la même heure, il était aux abonnés absents: la Cour avait en effet pointé les «errements» du «Château» dans l'achat de sondages et dénoncé le contrat «exorbitant» passé avec un «sondeur de l'ombre», Patrick Buisson, qui avait englouti 1,5 million d'euros en 2008 pour nourrir la boulimie de Nicolas Sarkozy en études d'opinion...