Budget de la défense: l’argument d’autorité, faute de vision

Par

Le président de la République a exigé le silence des armées, jeudi 13 juillet, sur sa politique budgétaire, affirmant qu’il était leur « chef ». Un argument d’autorité qui ne régle pas les problèmes de fond d’une politique de défense sans cohérence face à l’austérité budgétaire choisie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est donc par un argument d’autorité que le président de la République Emmanuel Macron a voulu mettre fin à la polémique sur la réduction, en 2017, du budget de la défense. Jeudi 13 juillet, à l’hôtel de Brienne, siège du ministère des armées, il a estimé qu’il « n’est pas digne d’étaler des débats sur la place publique ». « J’ai pris des engagements, je suis votre chef. Les engagements que je prends devant les concitoyens, devant les armées, je sais les tenir et je n’ai à cet égard besoin de nulle pression, de nul commentaire. »