Comment la politique financière de General Electric affaiblit Belfort

Par Guillaume Clerc (Factuel.info)

Une politique financière « destructrice ». Un audit financier de Secafi sur l’activité des turbines à gaz à Belfort révèle le coût des choix du groupe américain, plus préoccupé de satisfaire ses actionnaires que de faire de l’industrie. Réorganisations en cascade, prix de transfert opaques, sous-investissement… tout est en place pour siphonner Belfort.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Belfort (Territoire de Belfort), correspondance.– Une performance économique « dégradée du fait de la gestion », un groupe qui a « failli dans la gestion du Business Gaz », une activité qui a connu un « décrochage anormal de la performance commerciale ». L’analyse est celle du cabinet Secafi, qui a réalisé un audit financier de General Electric Energy Products France (GE EPF) pour venir à l’appui des représentants du personnel. L’usine de Belfort, qui regroupe les activités turbines à gaz de GE dans l’Hexagone, est la première concernée. Ce site est aujourd’hui menacé par 792 licenciements, soit près de la moitié de son effectif.