Démocratisation de l’enseignement supérieur : le retour des quotas

Par

Un nouveau dispositif, introduit in extremis dans la loi Fioraso, ouvre le droit aux meilleurs élèves de chaque lycée à avoir une place dans une filière sélective après le bac. Une mesure censée favoriser l’ouverture sociale de cursus toujours aussi fermés aux classes populaires. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’amendement est passé presque inaperçu lors du débat parlementaire sur la loi Fioraso. Désormais, par ce texte adopté par les députés du PS et de l’UDI, un pourcentage – à définir par décret entre 5 % et 7 % – des meilleurs bacheliers de chaque lycée obtiendra, de droit, une place dans une filière sélective, classe préparatoire, IUT… À croire que les quotas – également introduits dans la loi pour les bacs pro et techno dans les IUT – sont le remède pour démocratiser un enseignement supérieur dont les filières les plus sélectives demeurent toujours aussi fermées aux classes populaires.