A Paris, mobilisation clairsemée contre l'austérité

Une mobilisation nationale contre l'austérité à l'appel du collectif 3A a eu lieu samedi 15 novembre, à Paris et dans d'autres villes françaises. Les responsables des partis de gauche se sont largement mobilisés, les militants un peu moins.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

« C'est compliqué de mobiliser en ce moment. » Jean-Paul, septuagénaire, ne croit pas si bien dire alors que la manifestation annoncée par le collectif 3A n'a pas tout à fait commencé. « J'ai appelé des amis ce matin, ils étaient d'accord avec moi sur l'objet de la mobilisation mais la plupart m'ont dit qu'ils n'en avaient pas le courage. » Des courageux, il y en avait pourtant, 30.000 à Paris selon le Parti de gauche (7.000 selon la police) et 100.000 à l'échelle nationale, soit nettement moins que lors de la précédente mobilisation du 12 avril, où entre 25.000 (préfecture) et 100.000 (organisateurs) personnes s'étaient réunies contre l'austérité. Des membres d'association, des syndiqués (CGT, FSU, Solidaires), des partis de gauche (NPA, Front de gauche, PCF, Nouvelle Donne, EELV...) et tout simplement des citoyens qui ont défilé de la place Denfert-Rochereau jusqu'à l'Assemblée nationale pour dire non à l'austérité.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal