Mobilisation dans l'éducation contre les entorses à l'école républicaine

Par
Derrière le débat technique sur la suppression des IUFM pointe une inquiétude plus profonde sur l'avenir de l'école. Car entre les suppressions de postes, les projets decontractualisation avec des établissements supérieurs privés et la suppression de la carte scolaire, c'est une certaine privatisation de l'éducation qui se dessine.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Etudiants et formateurs des instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM) défilent aujourd'hui dans plusieurs villes contre la réforme de la formation des enseignants. Mais sous le slogan «parce qu'enseigner est un métier qui s'apprend», cette journée regroupe bien plus que les défenseurs des IUFM: l'intersyndicale va des fédérations enseignantes (FSU, Unsa-Education, Sgen-Cfdt et Fep-Cfdt dans l'enseignement privé) aux étudiants de l'Unef, en passant par les parents de la FCPE et les lycéens de l'UNL et de la Fidl.