Un militant anti-corruption gabonais témoigne: «On a voulu me faire taire»

Par
Grégory Mintsa est gabonais. C'est l'un des principaux opposants politiques au régime d'Omar Bongo, maître du pays depuis 1967. Début décembre, il déposait plainte à Paris pour «recel de détournements de fonds publics» afin de faire la lumière sur l'acquisition par Omar Bongo d'un faramineux patrimoine en France. Quelques jours plus tard, lui et d'autres militants des droits de l'homme ont été arrêtés. Après treize jours de détention, Grégory Mintsa a été relâché. Il raconte depuis son lit d'hôpital du centre hospitalier de Libreville les dérapages du pouvoir en place.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Grégory Mintsa est gabonais. C'est l'un des principaux opposants politiques au régime d'Omar Bongo, maître du pays depuis 1967. Début décembre, ce militant anti-corruption a déposé plainte à Paris avec les associations Transparence International et Sherpa pour «recel de détournements de fonds publics» afin de faire la lumière sur les circonstances de l'acquisition par Omar Bongo d'un faramineux patrimoine en France. Cela s'appelle l'affaire des "Biens mal acquis". Quelques jours plus tard, lui et d'autres militants des droits de l'homme ont été arrêtés dans de troubles circonstances. Après treize jours de détention, Grégory Mintsa a finalement été relâché. Il raconte depuis son lit d'hôpital du centre hospitalier de Libreville les dérapages du pouvoir en place.