Humiliations sexuelles: la banalité méconnue des contrôles d’identité

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est un traumatisme enfoui, tu, qui surgit furtivement depuis « l’affaire Théo ». Bien sûr, nul n’ira prétendre que les policiers violent quotidiennement de jeunes hommes. Mais l’acte, d’une violence inouïe, fait surgir une réalité plus banale : les violences à caractère sexuel exercées par les policiers lors des contrôles d’identité, au moyen de palpations et de paroles, dans un but d’humiliation et de démasculinisation.