Les juges reconstituent le puzzle des financements libyens de Sarkozy

Par et

Les juges chargés de l’affaire libyenne se sont rendus pour la première fois à Tripoli du 4 au 6 février derniers. Selon un procès-verbal consulté par Mediapart, l’ancien chef des services secrets militaires Abdallah Senoussi a confirmé un apport de 7 millions d’euros à la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy et l’intervention en sa faveur de Me Thierry Herzog, l’avocat et ami personnel de l’ancien président, dans le dossier de l’attentat du DC-10 d’UTA.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour la première fois, des juges français ont eux-mêmes interrogé certains acteurs libyens de l’affaire des financements octroyés par le régime de Mouammar Kadhafi à la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. Escortés par des hommes du Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale (GIGN), les juges Serge Tournaire et Aude Buresi, accompagnés d’un commandant de police de l’Office anticorruption (OCLCIFF), ont passé trois jours à Tripoli, du 4 au 6 février.