Mobilité, fusion des corps: les fonctions publiques dans la tourmente

Par
La réforme de l’Etat et la réduction du nombre de fonctionnaires constituent la grande affaire d’ici à l’été, la plus ambitieuse en termes de réductions des déficits, la plus risquée aussi au plan social. Le chantier présidentiel par excellence jusqu'en 2012.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour indiquer que sa volonté de «dégraisser le mamouth» ne fléchira pas, Nicolas Sarkozy se plait à souligner que « seuls » 22 000 retraités n’ont pas été remplacés en 2007 alors qu’il en aurait fallu 37 000 pour tenir l’engagement de l’élection présidentielle d’un fonctionnaire sur deux non remplacé. Sont-ce les victoires aux élections municipales des deux ministres les plus exposés sur ce dossier et ce dès le premier tour, Eric Woerth à Chantilly, André Santini à Issy-les-Moulineaux? Ou la volonté du président de «sortir par le haut» après la séquence des municipales? Toujours est il qu’une équipe est à pied d’œuvre, avec Claude Guéant, le secrétaire général de l’Elysée et qu’elle a l’intention de pousser les feux dés les prochains jours. Il ne va pas s'agir seulement de supprimer des emplois, c'est toute l'organisation qui est à revoir.