L’arrêt Cahuzac illustre le tabou français de la prison face à la délinquance en col blanc

Par

En condamnant, mardi 15 mai, Jérôme Cahuzac à une peine de prison aménageable, contrairement à la sentence de première instance et aux réquisitions du parquet général, la cour d’appel de Paris a offert une échappatoire inespérée à l’ancien ministre socialiste : la possibilité d’éviter l’incarcération. À l’étranger, de nombreux exemples montrent que la délinquance en col blanc y est plus durement réprimée.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce qui est une bonne nouvelle pour un homme peut être un mauvais signal envoyé au-delà. Ainsi peut se lire l’arrêt rendu, mardi 15 mai, par la cour d’appel de Paris à l’encontre de l’ancien ministre socialiste du budget Jérôme Cahuzac, convaincu de fraude fiscale, blanchiment et déclaration mensongère de patrimoine dans l’affaire des ses comptes cachés, révélée en 2012 par Mediapart.